Fruits et légumes modernes versus fruits et légumes du paléo
pour une alimentation vivante, physiologique et thérapeutique
consultation nutritionniste montpellier Fruits et légumes d'hier et d'aujourd'hui

. bio-nutrition et thérapies naturelles   Accueil



. TEMOIGNAGE

. Polyarthrite (PR)
. Lupus systémique (LED)
. La rémission


. REGIMES

. Les régimes santé
. Le jeune et la mono-diète
. Les régimes thérapeutiques
. Les régimes naturels
. Le régime Seignalet
. Facétieuse insuline


. LUCY, notre coach paléo

. Les mythes du paléo
. Céréales et légumineuses
. Fruits et légumes
. Les grands singes
. Paléo et épigénétique
. La diversité métabolique
. L'alimentation paléo santé


. RESSOURCES

. Toxines et toxiques
. Quelle eau faut-il boire ?
. Acidité et nutrition
. Surcharges et carences nutritionnelles
. Légumes santé
. Que manger au petit déj ?
. les modes de conservation des aliments


. MALADIES

. Maladies autoimmunes
. Maladies d'encrassage
. Maladies d'élimination


. CONSEILS NUTRITIONNELS

. Nutrition : les bonnes bases
. Prévention des maladies de civilisation
. Conseils nutrition et santé

. Allergies et intolérances :
. Le lait et les laitages
. A propos du gluten
. Le sucre blanc ou raffiné



. Partenaires

. L'intranet

. La FAQ

3. Fruits et légumes

Le mythe : En consommant des fruits et légumes je me rapproche de cet idéal paléo de jardin d’Eden aux fruits abondants et succulents gorgés de soleil, de jus et de saveurs exotiques et tropicales.
Le plus vraisemblable : les fruits et légumes d’aujourd’hui n’ont rien à voir avec ceux du paléolithique :

. Soit ils n’existaient pas (nectarine), existait seulement la plante sauvage qui servira aux botanistes de porte-greffe ou franc pour « améliorer » la plante et sa production fruitière. De mutations en mutations, le nombre de chromosomes a été multiplié pour parvenir aux fruits et légumes actuels plus à même de supporter le transport et le stockage dans des conditions de conservation prolongée.

. Soit leur composition nutritionnelle était différente, souvent nettement moins sucrée (exemple de la banane), beaucoup plus acide au goût (pommes, prunes). Nous pouvons en avoir une petite idée sous nos contrées ou nous pouvons facilement trouver dans la nature des pommiers ou des pruniers sauvages qui nous offrent leurs petits fruits qui même bien murs ont une acidité que notre palais va rejeter à la première bouchée !

. Il ne peut y avoir de modèle type paléo quand le paléolithique, sur 2,5 millions d’années, en recoupe une multitude en fonction des périodes (climat), régions géographiques et des cultures qui ont déterminé les choix alimentaires. En dehors des périodes de réchauffement climatique plaçant une grande partie de notre terre sous un climat de type tempéré à tropical, l’abondance en fruits est un mythe.

Que faut-il en penser ?

. Si la consommation de fruits et de légumes est une des clefs de la santé, cette consommation de fruits et légumes modernes doit être raisonnée, en particulier en ce qui concerne les fruits. Même si il est toujours préférable de consommer des glucides dans leur contexte - le fruit cru non transformé – plutôt que des sucres raffinés, l’index glycémique des fruits modernes est à surveiller de près de façon à privilégier ceux dont l’index est le plus bas et éviter ainsi les « bombes glycémiques » qui sur-sollicitent le pancréas.

. Ce premier point met l’accent sur la contradiction qu’il peut y avoir entre une consommation « raisonnée » de fruits alors même qu’il faudrait en consommer plus pour retrouver la valeur nutritionnelle des fruits anciens. En effet, l’appauvrissement des sols nous donne des fruits et légumes qui en l’espace de quelques décennies ont considérablement perdu de leur teneur en  vitamines, minéraux !

. Il faut certainement inverser le rapport « fruits et légumes » en faveur des légumes pour favoriser l’apport minéral et réduire l’apport en glucides. Ceci est d’autant plus vrai que la personne à tendance à la « détox facile ».

. L’utilisation massive de pesticides sur certains fruits comme les pommes doit nous inciter à consommer systématiquement local, bio et sans OGM.


A propos de l’alimentation des grands singes
Les scientifiques savent aujourd’hui – vidéo à l’appui - que les populations de grands singes (chimpanzés en particulier) complètent leur ration végétale par de la viande à l’occasion de « battues » au cours desquelles des petits singes appartenant à d’autres espèces viennent améliorer le quotidien et apporter des protéines qu’elles ne pourraient se procurer qu’au prix d’une consommation végétale quantitativement très importante. C’est ce que font les grands herbivores (zèbres, bovins) qui mangent quasiment toute la journée pour satisfaire leurs besoins nutritionnels. Les grands singes se nourrissent approximativement de 70 % de fruits aqueux, d’oléagineux, de racines sucrées, de pousses vertes, de céréales à l’état laiteux, de bananes etc. mais ils se nourrissent aussi à 30 % de termites, larves et insectes trouvés sous les écorces d’arbre, d’œuf d’oiseaux dont ils raffolent, d’oiseaux mangés dans les nids, de petits mammifères attrapés à la course (petits singes) et de fruits de mer lorsqu’ils sont proches de l’océan.
En fait, comme l’homme, les grands singes sont de parfaits omnivores !


1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6


Tous les éléments du site manger-mieux.com sont protégés par les lois relatives aux droits d'auteurs et à la propriété intellectuelle. Sauf autorisation formelle écrite et préalable, toute reproduction, de tout ou en partie, par quelque moyen ou procédé que ce soit, pour des fins autres que celles d'utilisation personnelle, est strictement interdite.

Pour nous contacter - commentaire, information ou rdv - notre email :
 contact@manger-mieux.com