régime hypotoxique méthode Seignalet et polyarthrite rhumatoïde
pour une alimentation vivante, physiologique et thérapeutique
consultation nutritionniste montpellier


. bio-nutrition et thérapies naturelles   Accueil


. TEMOIGNAGE

. Polyarthrite (PR)
. Lupus systémique (LED)
. La rémission


. REGIMES

. Les régimes santé
. Le jeune et la mono-diète
. Les régimes thérapeutiques
. Les régimes naturels
. Le régime Seignalet
. Facétieuse insuline


. LUCY, notre coach paléo

. Les mythes du paléo
. Céréales et légumineuses
. Fruits et légumes
. Les grands singes
. Paléo et épigénétique
. La diversité métabolique
. L'alimentation paléo santé


. RESSOURCES

. Toxines et toxiques
. Quelle eau faut-il boire ?
. Acidité et nutrition
. Surcharges et carences nutritionnelles
. le petit déjeuner
. les modes de conservation des aliments


. MALADIES

. Maladies autoimmunes
. Maladies d'encrassage
. Maladies d'élimination


. CONSEILS NUTRITIONNELS

. Nutrition : les bonnes bases
. Prévention des maladies de civilisation
. Conseils nutrition et santé
. Allergies et intolérances :
. Le lait et les laitages
. A propos du gluten
. Le sucre blanc ou raffiné



. Partenaires

. L'intranet

. La FAQ

D'abord, les signes d'une Polyarthrite Rhumatoïde PR (1°partie)

En Juin 1993, diagnostic du LED (Lupus Erythémateux Disséminé ou Lupus Systémique comme on dit maintenant) par un jeune rhumatologue qui a procédé aux bonnes analyses à une époque ou la maladie était très peu connue et avait un pronostic de 25% de chance d'être encore sur cette terre à 10 ans.

J’avais alors 34 ans, j'étais en congé de reconversion et au niveau des antécédents, je prenais des antibiotiques une dizaine de fois par an, depuis des années, sans que cela fasse tousser le moins du monde le généraliste de l’époque. Quelques piqures de cortisone (Kénacort retard 80) chaque année, pour calmer les crises d’asthme, deux épisodes de vertiges de Ménière avec hospitalisation en 1991 (on sait maintenant que c’est une des manifestations possibles dans le cadre du lupus).

Les symptômes étaient ceux de la Polyarthrite Rhumatoïde avec principalement les articulations gonflées et douloureuses, le dérouillage du matin très difficile et une fatigue chronique. Plaquénil et Voltarène puis Cortancyl permettent de calmer le mal sans le faire disparaître complètement mais suffisamment pour repartir de l’avant, lancer des projets de travaux dans la maison, créer un bureau d’études… avec la dose de stress qui va avec.

En 1996 je me dis (enfin) que pour toutes ces rhinites et bronchites à répétition il faudrait peut-être changer de stratégie et me décide à rencontrer un homéopathe réputé, lui-même ancien interne des hôpitaux donc non sujet à controverses. Un peu d’oligothérapie pour modifier le terrain, réduction des laitages (je ne suis pas un veau) puis des céréales (sans pour autant être cœliaque) et très vite, plus de rhinites ni de bronchites et donc plus d’antibiotiques et un meilleur état général pour faire face au lupus toujours actif.

Après 2 à 3 ans avec le rhumatologue, j’arrête le suivi, le médecin homéopathe étant capable de suivre les résultats d’analyse au rythme de 4 par an puis tous les 6 mois. Assez des rdv tous les mois pour interpréter des résultats qui confirmaient à chaque fois le lupus et un complément qui faisant le yoyo entre le C3 le C4, le C50 sans que cela fasse avancer la question de fond. Dommage pour le rhumatologue qui y prenait un grand plaisir.

En 2002, curieux, je rencontre le Docteur Jean Seignalet (qui est décédé en Juillet 2003) lors d'une conférence à Montpellier. Séduit par l’homme dans toute sa modestie, ses hypothèses de travail, ses résultats encourageants, je me procure son ouvrage de référence « l’Alimentation ou la troisième médecine » et repars dans mon quotidien de déplacements professionnels dans toute la France, de stress et de respect plus ou moins rigoureux de mon alimentation sans laitages et sans gluten.

En 2003, le lupus est de plus en plus difficile à vivre, mon humeur est détestable, la famille et les clients me trouvent agressif, je me décide à essayer la méthode Seignalet de façon rigoureuse sur une période de 2 à 3 semaines, au mois de juin. Les résultats sont spectaculaires, recul des douleurs, retour de la mobilité des articulations, cerveau plus alerte… incroyable mais vrai.

Je reprends le rythme habituel du travail avec des déplacements tout l’été et une alimentation beaucoup plus laxiste (c’est en plus l’année de la canicule), et le cauchemar reprend, les articulations sont gonflées, tremblements, douleurs mâchoires, impossible de se chausser normalement, d’ouvrir une bouteille d'eau, de faire le plein d’essence…etc.

En 2004, lupus de plus en plus incontrôlable, atteinte pulmonaire en plus de la polyarthrite. Logique rdv à l’hôpital avec le médecin interniste qui remonte la cortisone sans que cela soit suffisant puis hospitalisation après perte de poids de 10kg, déplacement en fauteuil roulant, examens divers et variés, bolus de cortisone et ça repart jusqu’à la prochaine en 2006 avec une belle péricardite suivie d’une récidive quelques mois plus tard. Entre temps, hernie inguinale liée à la perte de poids et à la fonte musculaire consécutive à la prise de cortisone. L’interniste de l'hôpital commence à parler d’immunosuppresseurs... Les biothérapies (qui n'ont rien de bio !) n'existaient pas encore.

pour accéder à la SUITE : lupus systémique

Tous les éléments du site manger-mieux.com sont protégés par les lois relatives aux droits d'auteurs et à la propriété intellectuelle. Sauf autorisation formelle écrite et préalable, toute reproduction, de tout ou en partie, par quelque moyen ou procédé que ce soit, pour des fins autres que celles d'utilisation personnelle, est strictement interdite.

Pour nous contacter - commentaire, information ou rdv - notre email :
 contact@manger-mieux.com